Articles

Agnosie tactile associative pure pour la main gauche: corrélations cliniques et anatomo-fonctionnelles

L’agnosie tactile associative (TA) est définie comme l’incapacité d’associer des informations sur les propriétés sensorielles de l’objet dérivées par la modalité tactile à des connaissances précédemment acquises sur l’identité de l’objet. La déficience est souvent décrite après une lésion impliquant le cortex pariétal (Caselli, 1997; Platz, 1996). Nous rapportons le cas de SA, un homme droitier de 61 ans touché par le tout premier AVC hémorragique hémisphérique droit. L’examen neurologique était normal, excluant les troubles somesthésiques et moteurs majeurs; une imagerie par résonance magnétique cérébrale (IRM) a confirmé la présence d’une lésion hémorragique subaiguë droite limitée au gyri post-central et supra-marginal. Une évaluation neuropsychologique complète a détecté une incapacité sélective à nommer des objets lorsqu’ils sont manipulés avec la main gauche en l’absence d’autres déficits cognitifs. Une série d’expériences ont été menées afin d’évaluer chaque étape du traitement de reconnaissance tactile en utilisant les mêmes ensembles de stimulus: matériaux, formes géométriques 3D, objets réels et lettres. SA et sept témoins appariés ont subi les mêmes tâches expérimentales au cours de quatre séances de jours consécutifs. La discrimination tactile, la reconnaissance, la pantomime, le dessin après exploration haptique hors de la vision et les capacités d’appariement tactile-visuel ont été évalués. De plus, nous avons recherché la présence d’une altération supramodale de la perception spatiale et de difficultés spécifiques dans la programmation des mouvements exploratoires lors de la reconnaissance. La discrimination tactile était intacte pour tous les stimuli testés. En revanche, SA n’était capable ni de reconnaître ni de pantomimer des objets réels manipulés avec la main gauche hors de la vision, alors qu’il les identifiait avec la main droite sans hésitation. La correspondance tactile-visuelle était intacte. De plus, SA a pu reproduire grossièrement la forme globale dans les dessins, mais n’a pas réussi à extraire les détails des objets après une manipulation à gauche, et il n’a pas pu identifier les objets après avoir regardé ses propres dessins. Ce cas confirme l’existence d’une TA associative sélective en tant que déficit spécifique à la main gauche dans la reconnaissance des objets. Ce déficit n’est pas lié à la perception spatiale ni à la programmation des mouvements exploratoires. Le transfert cross-modal d’informations via la perception visuelle permet l’activation d’une image partiellement dégradée, qui seule ne permet pas la reconnaissance correcte du stimulus tactile initial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.