Articles

Méthodes d'inhibition de la télomérase | Selva's website

4.1. Méthodes d’inhibition de la Sous-unité catalytique TERT de la télomérase

La sous-unité catalytique TERT a été une cible majeure pour le développement de méthodes anticancéreuses en raison de la forte concentration de TERT dans presque toutes les cellules cancéreuses, de la dépendance de la plupart des cellules cancéreuses à l’activité TERT et de la rareté de TERT dans la plupart des cellules normales. L’approche du knockdown de transcription a utilisé des oligodésoxyribonucléotides antisens comme pilier, alors que les progrès plus récents se sont appuyés sur des molécules d’ARN à petites interférences (ARNSI). Ces deux techniques impliquent des acides nucléiques synthétiques qui peuvent se lier à des cibles d’ARNm spécifiques et les deux ont été efficaces dans les approches anticancéreuses de l’expression de TERT de knockdown comme décrit au chapitre 2. L’utilisation d’ARN double brin (ARND) s’est également avérée très efficace pour ablater ou réduire considérablement les transcrits de gènes tels que TERT (voir chapitre 3). Ces séquences d’ARND peuvent être utilisées pour générer une réponse ARNi dans des cellules d’origine embryonnaire telles que les cellules de rein embryonnaire humain (HEK), un type de cellule populaire utilisé dans la recherche sur le cancer. Cette technique est particulièrement efficace pour les analyses à court terme du knockdown TERT car le dsRNA est dégradé dans les cellules à long terme. L’ARNi de TERT a également réussi avec l’utilisation de constructions plasmidiques qui expriment de manière exogène des séquences d’ARN en épingle à cheveux courtes complémentaires au transcription de TERT. Cette technique (voir chapitre 4) permet d’analyser les effets en aval de la TERT, sert d’approche alternative à la thérapie génique à l’aide de vecteurs viraux et permet un knockdown génétique permanent et à long terme. L’utilisation de vecteurs rétroviraux qui expriment un ARN court en épingle à cheveux spécifique à un segment du transcrit TERT est également efficace pour le renversement à long terme du TERT. Cette technique basée sur l’ARNi (voir chapitre 5) implique l’incorporation de la séquence anti-télomérase dans le génome de l’hôte et peut fournir un knockdown efficace de TERT.

De petites molécules telles que la 3′-azido-2′, 3′-didéoxythymine (AZT), qui est un analogue nucléosidique, peuvent être efficaces pour cibler le site actif de TERT, mais cette approche n’a pas la sélectivité souhaitée de nombreuses autres approches. De petits composés synthétiques non nucléosidiques peuvent être très efficaces pour inhiber l’activité catalytique du composant protéique TERT comme décrit au chapitre 6. Un composé qui s’est montré prometteur à cet égard est le BIBR1532 qui inhibe la processivité in vitro de la télomérase. L’inhibition de l’activité TERT avec BIBR1532 se produit de manière dose-dépendante, et des concentrations plus élevées de cet inhibiteur de la télomérase peuvent être cytotoxiques pour les cellules cancéreuses du système hématopoïétique telles que les cellules HL-60 avec peu d’effet sur les cellules normales.

Les approches immunothérapeutiques anticancéreuses se sont également concentrées sur le TERT (voir chapitre 7). Ces méthodes impliquent l’utilisation de peptides dérivés de TERT. Les peptides sont présentés par des molécules du complexe majeur d’histocompatibilité (CMH) de classe I aux lymphocytes T. Le résultat est que les lymphocytes T cytotoxiques CD8+ spécifiques des peptides antigéniques dérivés de TERT lysent les cellules cancéreuses qui expriment TERT. Ces approches immunothérapeutiques dirigées contre les épitopes TERT peuvent être réalisées en l’absence de toxicité et se révèlent très prometteuses en tant qu’agents anticancéreux.

Il peut être difficile d’identifier les composés de petites molécules qui affectent l’expression de TERT, et l’utilisation de systèmes reporteurs à base de cellules pour l’analyse de l’expression de TERT a été développée pour améliorer ces efforts, comme décrit au chapitre 8. Par example, le promoteur TERT peut être lié à deux gènes rapporteurs différents codant pour la protéine fluorescente verte (GFP) et la phosphatase alcaline sécrétée (SEAP). La transfection de ces constructions rapporteuses aboutit à des clones stables qui permettent l’analyse de l’expression de TERT. En fin de compte, un certain niveau d’inhibition de TERT est l’objectif de nombreuses approches anticancéreuses, et les chapitres 2 à 8 fournissent un grand nombre des méthodes les plus prometteuses et les plus efficaces pour abattre activement le transcription de TERT, abler son activité catalytique, diriger le système immunitaire vers des cellules cancéreuses lyses positives à la télomérase, ou utiliser des constructions d’expression pour identifier les composants de petites molécules qui affectent l’expression de la télomérase.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.